Lacoste x Thrasher : pourquoi le crocodile se fait clasher (et les leçons que les marques peuvent en tirer)

Quand deux marques mythiques se rencontrent, la sauce prend… ou pas.

En l’occurrence, c’est l’histoire d’un feat entre une marque française emblématique, symbole d’une culture tennis policée, et une marque américaine pilier du skate hardcore, quoique respectable et respectée.

La pari était osé, mais après tout, pour une collab – un peu spé – de plus ou de moins, qui allait s’en offusquer ?
D’ailleurs, ça aurait pu passer. Et de toute façon, “on ne peut pas savoir si ça marche tant qu’on n’a pas essayé” !

Mais voilà, le couperet est tombé, le monde impitoyable des réseaux sociaux a parlé : F*CK THIS SH*T!

Check out the comments!

Pourquoi un tel rejet ?

On en revient à la notion de respect.

Du moins, aux signes de respect.

Pour autant, je ne pense pas que Lacoste ait souhaité manquer de respect à la communauté skate.

A l’instar d’une mairie qui croit bien faire en installant en guise de skatepark 4 ou 5 modules dépareillés et aussi dangereux qu’inadpatés, la marque a pu estimer de bonne foi mais à tort que ses efforts à l’endroit des skateurs étaient suffisamment appuyés.

Après tout, c’est d’une collab avec Thrasher dont on parle, et non d’une obscure marque se réclamant de la culture skate.

D’ailleurs, la marque américaine a aussi sa part de responsabilité, il ne faut pas l’oublier (interrogée par nos soins, la marque n’a semble-t-il pas souhaité répondre à nos questions, à moins que… notre email soit resté dans la boîte d’envoi).

Mais n’est pas NIKE qui veut. On ne gagne pas ses lettres SB de noblesse et sa légitimité dans le skateboard en un revers de main.

L’intention de Lacoste était pourtant certainement positive.

Pour le coup, une collab avec Vans pourrait peut-être fonctionner, à condition d’être très travaillée.

Reprenez l’entraînement et revenez nous montrer de beaux projets !

Et si vous souhaitez être conseillés et faire valider vos idées, n’hésitez pas à nous consulter


David L.

Shout out to Sabrina A.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.